Microtransplantation de cheveux

La perte de cheveux concerne les hommes et les femmes de tous les âges. Source de stress et d'angoisse, elle a poussé les médecins spécialistes à chercher une solution efficace, naturelle, simple et permanente, qui améliore l'apparence d’une personne atteinte de calvitie, tout en lui redonnant confiance.

files/images/soin_greffecheveux_homme2.jpg
La technique chirurgicale des implants capillaires autologues consiste en un prélèvement de cheveux dans une zone dense, suivie d’une implantation sur une zone clairsemée. Le respect de l’orientation des cheveux et de leur configuration permet de garder l’aspect naturel et souple lors de la repousse.

Traitement

La technique de la microtransplantation concerne, dans la grande majorité des cas, des patients atteints d’alopécie androgénique. Elle est également une excellente indication pour les alopécies cicatricielles, traumatiques, accidentelles ou post-chirurgicales. Les pertes de cheveux chez la femme représentent également une excellente indication.

Durée du traitement

L’intervention est ambulatoire et peu douloureuse. Elle se déroule sous anesthésie locale pendant 4 à 5 heures pour une implantation de 1200 greffons, soit entre 3'000 et 4’000 cheveux. Il n'y a pas de douleur post-opératoire mais comme une sensation de tension au niveau de la suture qui dure de 48 à 72 heures. Les sutures sont retirées après dix jours.

Résultat

Les cheveux implantés sont définitifs et naturels, ils ne tombent plus car prélevés sur cette zone occipitale, où les cheveux ne tombent pas. Les résultats de repousse se voient au bout de deux mois déjà, mais deviennent de plus en plus spectaculaires avec le temps.

Prix du traitement

Tout traitement médical nécessite une consultation préalable. Un budget personnalisé pourra être établi à l’issue de cette consultation.
Consultation de médecine esthétique: 120.-

Expériences

« Fini de porter des casquettes pour camoufler ma couronne et mes tempes dégarnies. »

« J’ai commencé à perdre mes cheveux à l’âge de 25 ans et je vivais mal cette situation. Je laissais pousser mes cheveux pour cacher la clairière qui se formait sur le haut de mon crâne et sur mes deux tempes. Dès que je le pouvais, je... »